EMMAÜS

Notre coeur ne brûlait-il pas en nous tandis qu'il nous parlait en chemin et nous ouvrait les Ecritures ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Cinquième dimanche dans l'année

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evelyne
Admin
avatar

Nombre de messages : 364
Age : 61
Localisation : Floreffe (près de Namur) Belgique
Date d'inscription : 10/01/2007

MessageSujet: Cinquième dimanche dans l'année   Sam 7 Fév - 12:59

Lecture du livre de Job (7, 1-4. 6-7)

Job prit la parole et dit : “Vraiment, la vie de l’homme sur la terre est une corvée, il fait des journées de manœuvre. Comme l’esclave qui désire un peu d’ombre, comme le manœuvre qui attend sa paye, depuis des mois je n’y ai gagné que du néant, je ne compte que des nuits de souffrance. A peine couché, je me dis : ‘Quand pourrai-je me lever ?’ Le soir n’en finit pas : je suis envahi de cauchemars jusqu’à l’aube. Mes jours, sont plus rapides que la navette du tisserand, ils s’achèvent quand il n’y a plus de fil. Souviens-toi, Seigneur : ma vie n’est qu’un souffle, mes yeux ne verront plus le bonheur.”

Psaume 146

Bénissons le Seigneur qui guérit nos blessures !

Il est bon de fêter notre Dieu,
il est beau de chanter sa louange :
Il guérit les cœurs brisés
et soigne leurs blessures.

Il compte le nombre des étoiles,
il donne à chacune un nom !
il est grand, il est fort, notre Maître
nul n’a mesuré son intelligence.

Le Seigneur élève les humbles
et rabaisse jusqu’à terre les impies.
Entonnez pour le Seigneur l’action de grâce,
jouez pour notre Dieu sur la cithare !

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens (9, 16-19. 22-23)

Frères, si j’annonce l’Évangile, je n’ai pas à en tirer orgueil, c’est une nécessité qui s’impose à moi; malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ! Certes, si je le faisais de moi-même, je recevrais une récompense du Seigneur. Mais je ne le fais pas de moi-même, je m’acquitte de la charge que Dieu m’a confiée. Alors, pourquoi recevrai-je une récompense ? Parce que j’annonce l’Évangile sans rechercher aucun avantage matériel, ni faire valoir mes droits de prédicateur de l’Évangile. Oui, libre à l’égard de tous je me suis fait le serviteur de tous, afin d’en gagner le plus grand nombre possible. J’ai partagé la faiblesse des plus faibles pour gagner aussi les faibles. Je me suis fait tout à tous pour en sauver à tout prix quelques-uns. Et tout cela, je le fais à cause de l’Évangile, pour bénéficier, moi aussi, du salut.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc (1, 29-39)

En quittant la synagogue de Capharnaüm, Jésus, accompagné de Jacques et de Jean, alla chez Simon et André. Or, la belle-mère de Simon était au lit avec de la fièvre. Sans plus attendre, on parle à Jésus de la malade. Jésus s’approcha d’elle, la prit par la main et la fit lever. La fièvre la quitta, et elle les servait.
Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous les malades, et ceux qui étaient possédés par des esprits mauvais. La ville entière se pressait à la porte. Il guérit toutes sortes de malades, il chassa beaucoup d’esprits mauvais et il les empêchait de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était.
Le lendemain, bien avant l’aube, Jésus se leva. Il sortit et alla dans un endroit désert, et là il priait. Simon et ses compagnons se mirent à sa recherche. Quand ils l’ont trouvé, ils lui disent : “Tout le monde te cherche.” Mais Jésus leur répond : “Partons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame la Bonne Nouvelle; car c’est pour cela que je suis sorti.” Il parcourut donc toute la Galilée, proclamant la Bonne Nouvelle dans leurs synagogues, et chassant les esprits mauvais.

_________________
Evelyne, paroisse de Floreffe (Belgique)
Faites tout ce qu'il vous dira
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cateflo.actifforum.com
Evelyne
Admin
avatar

Nombre de messages : 364
Age : 61
Localisation : Floreffe (près de Namur) Belgique
Date d'inscription : 10/01/2007

MessageSujet: Re: Cinquième dimanche dans l'année   Sam 7 Fév - 13:38

AU FIL DES LECTURES

Première lecture

Le cadre narratif du livre de Job, en prose (chapitres 1-2 et 42,7-17), dérive d’un fond de sagesse archaïque proche-oriental. Dans le corpus central du livre, versifié en forme dialoguée, la reprise juive de la figure du juste malmené présente un drame existentiel et spirituel. Le souffle pathétique est servi par une écriture passionnée.
Extrait de « Connaître et prier l’Ancien Testament » - Namur, Fidélité, 1997) : « Une interrogation unique, taraudante, assiège ici le ciel, jaillie d’une plaie vive : mille malheurs fondent sur Job ! Sa béance reste la nôtre : pourquoi Dieu permet-il le mal ? Pire : la souffrance de l’innocent ? Ebranlant les réponses théologiques classiques et leurs discours inadéquats, l’auteur ne prétend pas satisfaire rationnellement, même le croyant. Acculé à la confiance radicale au creuset d’épreuves mortifiantes, Job apprend à respecter la mystérieuse liberté de Dieu, quand tout semble démentir sa sagesse équitable. D’abord révolté, il gravit le sentier de pure foi, non dans une résignation servile, mais dans l’humble espérance, qui finit par se taire en silence, adorant le Tout-Autre, si proche en dépit d’un ressenti contraire ».

Evangile

La première lecture nous faisait entendre un Job bien dolent de corps et d’âme. L’évangile nous montre Jésus soulageant toutes sortes de malades, encore que son ministère de proclamation de la Bonne Nouvelle se laisse pressentir d’emblée comme plus large. L’évangile de dimanche passé, avec la délivrance d’un homme infesté dans la synagogue de Capharnaüm, se terminait sur la mention de la renommée de Jésus se répandant dans toute la région de la Galilée (Mc 1,28 ). Notre passage de ce jour, qui y fait suite, nous montre à la fin Jésus lui-même parcourant toute la Galilée pour proclamer la Bonne Nouvelle dans leurs synagogues en chassant les esprits mauvais (1,39) : sa prédication et son agir étendent leur rayon d’action, et Jésus l’entend bien ainsi : « c’est pour cela que je suis sorti » (1,38 ).
Nos versets terminent d’abord la journée inaugurée, qui était un sabbat, rappelons-le (v. 21). Vu le repos sabbatique, on attend le soir venu, et après le coucher du soleil, pour lui amener des malades et des possédés (v. 32). Avant cela, quittant le contexte directement religieux de la synagogue accompagné du « quatuor » des premiers appelés (cfr l’évangile du 3ème dimanche), Jésus va exercer la bienfaisance sabbatique dans un cadre domestique : la maison de deux d’entre eux , Simon et André, qui semble être devenue ensuite « sa base d’action » à Capharnaüm (2,1 ; 3,20). Le lendemain matin, ces mêmes disciples (« Simon et ses compagnons », v. 36) partent à la recherche de Jésus, sorti pou prier, et celui-ci se met à les entraîner dans son sillage hors de leur horizon coutumier : « Partons ailleurs … ». Jésus commence à exercer une attirance, à susciter des espérances. On le sollicite : « sans plus attendre, on parla à Jésus de la malade » ; « on lui amenait tous les malades, la ville entière se pressait à la porte » ; « tout le monde te cherche » … Sentant sans doute l’ambiguïté possible d’un engouement naissant, Jésus, avant l’aube, se retire pour prier dans un endroit désert. Il le sait : sa parole et son action auront une fécondité à la mesure de son union au Père, sans cesse ressourcée.

Philippe Wargnies, revue Feu Nouveau, 52/2

_________________
Evelyne, paroisse de Floreffe (Belgique)
Faites tout ce qu'il vous dira
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cateflo.actifforum.com
Evelyne
Admin
avatar

Nombre de messages : 364
Age : 61
Localisation : Floreffe (près de Namur) Belgique
Date d'inscription : 10/01/2007

MessageSujet: Re: Cinquième dimanche dans l'année   Sam 7 Fév - 14:06

AVEC LES PLUS JEUNES

Les évangiles des 4ème et 5ème dimanches du temps ordinaire B racontent la première journée de Jésus à Capharnaüm. Jésus enseigne dans la synagogue, libère un homme d’un esprit mauvais, guérit les malades et prie longuement Dieu son Père. Tout la vie chrétienne y est résumée : annoncer la Parole de Dieu, combattre le mal, soulager la souffrance et prier Dieu.

1. Accueillir la Bonne Nouvelle

Jésus quitte la synagogue, lieu public, et se rend dans une maison privée, celle de Simon et André. Jésus est avec nous dans notre vie quotidienne, dans toutes nos activités. La belle-mère de Simon est malade. La maladie fait partie de notre vie et elle est signe de notre fragilité. Jésus va accomplir des gestes tout simples, familiers : il s’approche, prend la main et la fait lever (le verbe utilisé est celui de la résurrection). La vraie guérison, c’est la foi. Guérie, la belle-m ère de Simon se met à servir ceux qui étaient là, dont Jésus. Servir, c’est donner sa vie, aimer.
Durant toute la soirée, Jésus va chasser les esprits mauvais et guérir les malades. La vraie maladie est celle du cœur. Jésus demande le silence sur son identité : il n’est pas un magicien et sa toute-puissance, c’est l’amour. Tôt le matin, avant de partir proclamer la Bonne Nouvelle, Jésus se retire pour prier longuement, pour rencontrer son Père. Ce cœur à cœur quotidien avec Dieu est tout à fait essentiel dans la vie chrétienne.

2. Découvrir la Bonne Nouvelle avec les enfants

- Se représenter les lieux dans lesquels se passe la scène : tout d’abord à Capharnaüm, dans la maison de Simon et André, ensuite dans un endroit désert, là où Jésus rencontre son Père dans le silence, et enfin dans toute la Galilée que Jésus va parcourir pour annoncer la Bonne Nouvelle du Règne de Dieu. Si possible, les illustrer.
- Repérer les personnages : Jésus avec les frères Jacques et Jean, Simon et André, la belle-mère de Simon alitée avec de la fièvre, toutes sortes de malades, Dieu le Père.
- Se poser la question : que se passe-t-il ? Quelle est la nouveauté du Royaume de Dieu ? Jésus pose des gestes de guérison : il s’approche de la malade, lui prend la main et la fait lever. C’est un moment très fort, très beau … Guérie, elle sert Jésus et ses amis. C’est un geste de don et d’amour que nous pouvons faire les uns envers les autres. Chercher des exemples concrets et afficher toutes sortes de photos de mains qui font le bien, qui sont porteuses de vie pour Dieu et pour les autres.
- Le soir tombe, Jésus ne pense pas à lui mais à tous ceux qui souffrent dans leur corps et leur cœur. Il les guérit, leur rend une vie nouvelle, les remet debout. Puis, très tôt le matin, il part dans un endroit désert pour prier Dieu son Père. Prendre un temps de partage sur ce que représente la prière dans notre vie.

3. Prier la Bonne Nouvelle dans l’eucharistie

Mettre en évidence le geste des mains au moment de la communion.

Nancy de Montpellier, revue « Feu Nouveau », 52/2

_________________
Evelyne, paroisse de Floreffe (Belgique)
Faites tout ce qu'il vous dira
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cateflo.actifforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cinquième dimanche dans l'année   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cinquième dimanche dans l'année
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entrons dans l'année de la FOI et de la JOIE sans fin, avec Luisa PIccarreta
» Rêves d'espace de la Nasa...dans les années 60'
» Vomir plusieurs fois dans l'année ?
» L'institution des masses dans les années 30 et l'esthétisation du politique dans le monde occidental
» Nombre de semaines travaillées dans l'année.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EMMAÜS :: SUR LE CHEMIN ... :: Lectures dominicales :: Temporal et Temps ordinaire B-
Sauter vers: