EMMAÜS

Notre coeur ne brûlait-il pas en nous tandis qu'il nous parlait en chemin et nous ouvrait les Ecritures ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Quatrième dimanche de carême

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evelyne
Admin


Nombre de messages : 364
Age : 60
Localisation : Floreffe (près de Namur) Belgique
Date d'inscription : 10/01/2007

MessageSujet: Quatrième dimanche de carême   Ven 20 Mar - 21:05

Les textes

Lecture du second livre des Chroniques (36, 14-16. 19-23)

Sous le règne de Sédécias, tous les chefs des prêtres et le peuple multipliaient les infidélités, en imitant toutes les pratiques sacrilèges des nations païennes, et ils profanaient le temple de Jérusalem consacré par le Seigneur. Le Dieu de leurs pères, sans attendre et sans se lasser, leur envoyait des messagers, car il avait pitié de sa Demeure et de son peuple. Mais eux tournaient en dérision les envoyés de Dieu, méprisaient ses paroles, et se moquaient de ses prophètes; finalement, il n’y eut plus de remède à la colère grandissante du Seigneur contre son peuple. Les Babyloniens brûlèrent le temple de Dieu, abattirent les murailles de Jérusalem, incendièrent et détruisirent ses palais, avec tous leurs objets précieux. Nabucodonosor déporta à Babylone ceux qui avaient échappé au massacre; ils devinrent les esclaves du roi et de ses fils jusqu’au temps de la domination des Perses. Ainsi s’accomplit la parole du Seigneur proclamée par Jérémie : La terre sera dévastée et elle se reposera durant soixante-dix ans, jusqu’à ce qu’elle ait compensé par ce repos tous les sabbats profanés.
Or, la première année de Cyrus, roi de Perse, pour que soit accomplie la parole proclamée par Jérémie, le Seigneur inspira Cyrus, roi de Perse. Et celui-ci fit publier dans tout son royaume - et même consigner par écrit - : “Ainsi parle Cyrus, roi de Perse : Le Seigneur, le Dieu du ciel, m’a donné tous les royaumes de la terre; et il m’a chargé de lui bâtir un temple à Jérusalem, en Judée. Tous ceux d’entre vous qui font partie de son peuple, que le Seigneur leur Dieu soit avec eux, et qu’ils montent à Jérusalem !”

Psaume 136 [137]

Souviens-toi, Seigneur, de ton amour, et viens nous sauver !

Au bord des fleuves de Babylone
nous étions assis et nous pleurions,
nous souvenant de Sion;
aux saules des alentours
nous avions pendu nos harpes.

C’est là que nos vainqueurs
nous demandèrent des chansons,
et nos bourreaux, des airs joyeux :
“Chantez-nous disaient-ils,
quelque chant de Sion.”

Comment chanterions-nous
un chant du Seigneur
sur une terre étrangère ?
Si je t’oublie, Jérusalem,
que ma main droite m’oublie !

Je veux que ma langue
s’attache à mon palais
Si je perds ton souvenir
si je n’élève Jérusalem
au sommet de ma joie.

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens (2, 4-10)

Frères, Dieu est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions des morts par suite de nos fautes, il nous a fait revivre avec le Christ : c’est bien par grâce que vous êtes sauvés. Avec lui, il nous a ressuscités; avec lui, il nous a fait régner aux cieux, dans le Christ Jésus. Par sa bonté pour nous dans le Christ Jésus, il voulait montrer, au long des âges futurs, la richesse infinie de sa grâce. C’est bien par la grâce que vous êtes sauvés, à cause de votre foi. Cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Cela ne vient pas de vos actes, il n’y a pas à en tirer orgueil. C’est Dieu qui nous a faits, il nous a créés en Jésus Christ, pour que nos actes soient vraiment bons, conformes à la voie que Dieu a tracée pour nous et que nous devons suivre.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (3, 14-21)

De même que le serpent de bronze fut élevé par Moise dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin que tout homme qui croit, obtienne par lui la vie éternelle. Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique; ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en lui échappe au jugement, celui qui ne veut pas croire est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et le jugement, le voici : quand la lumière est venue dans le monde les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. En effet, tout homme qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne lui soient reprochées; mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient reconnues comme des œuvres de Dieu.

du site Port St Nicolas : http://www.portstnicolas.org/le-chantier-naval/textes-et-commentaires-des/annee-b/4e-dim-de-careme-22-3-textes.html

_________________
Evelyne, paroisse de Floreffe (Belgique)
Faites tout ce qu'il vous dira
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cateflo.actifforum.com
Evelyne
Admin


Nombre de messages : 364
Age : 60
Localisation : Floreffe (près de Namur) Belgique
Date d'inscription : 10/01/2007

MessageSujet: Re: Quatrième dimanche de carême   Ven 20 Mar - 21:25

Le thème général du jour

En cette année B du cycle triennal, le projecteur est braqué sur le Mystère pascal, le passage du Christ par la mort vers la résurrection glorieuse. L’évangile nous montre ce Christ « élevé », élevé en croix, élevé en gloire. L’apôtre nous rappelle qu’une pâque semblable s’est réalisée en nous, que nous avons passé, par le baptême, d’une vie hors de Dieu, à une vie d’intimité avec lui. Déjà, nous sommes ressuscités.
Au milieu de nos épreuves, voilà que brille déjà la lumière de Pâques. C’est la mi-carême, appelée autrefois le dimanche de la Laetare : Réjouis-toi, Jérusalem, Eglise. Tu vas être comblée de bonheur (antienne officielle d’entrée).
La première lecture continue de dérouler les grandes étapes de l’Alliance. Après l’Alliance avec Noé (1er dimanche), avec Abraham (2ème dimanche), avec Moïse (3ème dimanche), voici le bris de l’Alliance qui mènera à la fin de la dynastie royale et à la déportation à Babylone.
René Ludmann, du site Port St Nicolas

Ainsi les textes de ce jour parlent tous de résurrection de notre être, alors que notre situation désespérée va vers la mort. Et cette restauration est pure grâce de Dieu. Celui-ci travaille avec nous : nous ressuscitons à la mesure de notre foi qui accueille le don gratuit de son amour. Avec lui, nous marchons vers Pâques, c'est-à-dire que nous « venons à sa lumière »
Jean Radermakers, revue Feu Nouveau

Dieu a tant aimé le monde.
Les lectures de ce quatrième dimanche de carême nous invitent à reconnaître l’inlassable miséricorde de Dieu pour son peuple et les dons d’amour dont il le comble. Ainsi, malgré ses sacrilèges et ses infidélités, Dieu envoie un sauveur à son peuple en exil, en la personne de Cyrus (1ère lecture). Si l’histoire d’Israël célèbre la fidélité de Dieu, combien plus le Christ est-il le signe vivant de l’amour de Dieu pour nous ! Ouvrons nos cœurs à cet amour pour mieux vivre le chemin de la réconciliation, car saint Paul nous le dit : « C’est bien par la grâce que vous êtes sauvés, à cause de votre foi. Cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu » (2ème lecture). Aussi sommes-nous invités à nous mettre à l’écoute de la volonté de Dieu et à suivre le Christ, « la lumière venue dans le monde » (évangile).
Sylvie André, revue Feu Nouveau

_________________
Evelyne, paroisse de Floreffe (Belgique)
Faites tout ce qu'il vous dira
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cateflo.actifforum.com
Evelyne
Admin


Nombre de messages : 364
Age : 60
Localisation : Floreffe (près de Namur) Belgique
Date d'inscription : 10/01/2007

MessageSujet: Re: Quatrième dimanche de carême   Ven 20 Mar - 21:30

Au fil des lectures

Première lecture

Les temps sont difficiles : Jérusalem est détruite ; le temple de Dieu est incendié, la population et son roi sont déportés en exil. C’est l’anéantissement des espérances d’Israël, la déception. Que sont devenues les promesses divines ? Plus de présence du Seigneur, plus de ville sainte, plus de peuple, plus de roi. Telle est la misère à laquelle Dieu abandonne son peuple élu. L’Alliance et sa Loi avaient été conçues pour l’édifier. Désormais, c’est le fiasco total. Dieu est-il encore fiable ?
Les livres ces Chroniques, composés après l’exil à l’époque perse, comme les écrits d’Esdras et de Néhémie, tendent à montrer que ces apparences sont trompeuses. Il n’y a pas d’échec définitif. Si Jérusalem a subi l’escalade de la violence c’est en raison de ses infidélités. Mais la fidélité de Dieu ne se laisse pas vaincre par les crimes des hommes. Comme Jérémie l’avait annoncé (Jr 25,11), la durée de l’exil n’excédera pas 70 ans. Le lectionnaire a malencontreusement gommé cette mention du prophète.
Et le livre s’achève sur une parole de restauration : Cyrus – le messie, ou l’ami de Dieu, comme l’appelle le prophète Isaïe – proclame son édit libérateur, daté de 538, soit après la chute de Jérusalem, permettant aux Judéens de rentrer de captivité. Les Chroniques donnent de cet édit une version « israélite », comme si le roi de Perse avait opté pour la foi d’Israël. Perspective universelle de salut qui correspond bien au message d’Isaïe : c’est un païen qui reconstruira le temple de Dieu. Qui l’eût cru ? Preuve que le Seigneur n’abandonne pas son peuple.
Jean Radermakers, revue Feu Nouveau


Evangile

Une catéchèse en règle. Tous les mots-clés de Jean se succèdent en cascade : élever, Fils de l’homme, donner, croire, aimer, lumière, ténèbres, vérité, jugement.
Jean part d’un fait qui s’était passé au désert : les Israélites furent attaqués par de redoutables serpents brûlants; Moïse fabriqua un serpent de bronze qu’il planta sur une hampe; quiconque regardait le serpent était guéri. En Egypte, à Babylone le serpent était le signe d’un dieu aux vertus bénéfiques. Que l’on pense encore au serpent sur le bâton d’Esculape qui reste l’emblème de nos médecins et pharmaciens. Jean ne porte pas de jugement sur ce qui a pu être un talisman.
Pour lui, c’est un simple point de comparaison : comme le regard porté sur le serpent de bronze guérissait les morsures, ainsi - et bien autrement - celui qui regarde le Fils de l’homme élevé aura-t-il la vie.
II s’agit donc de regarder, d’un regard de foi, celui qui est élevé. Le même Jean dira de Jésus en croix, après que le soldat lui eut ouvert le côté : "Ils lèveront le regard vers celui qu’ils ont transpercé" (Jn 19,37 citant le prophète Zacharie 12,10). Celui qui le contemplera d’un regard de foi comprendra que Dieu a tant aimé les hommes qu’il a donné son Fils unique. Celui qui le regardera à la façon des pharisiens, avec haine et mépris ou dans une coupable indifférence, y lira son jugement.
Ce n’est pas Dieu qui juge, à proprement parler, car Dieu a envoyé son Fils non pas pour juger le monde, mais pour le sauver. La croyance tenace et trop répandue que Dieu aurait inventé l’enfer est ici nettement contredite. L’homme se juge lui-même : celui qui croit sera sauvé, celui qui ne veut pas croire est déjà jugé.
Croire au sens fort d’une foi qui agit selon la vérité (littéralement : qui fait la vérité). Celui qui ne croit pas préfère les ténèbres à la lumière. Et pourquoi ? Parce que ses oeuvres sont mauvaises.
Page où le sublime côtoie le terrifiant. Dieu a tant aimé. Si tu l’acceptes, tu obtiendras la vie éternelle. Si tu refuses, tu es déjà jugé. On ne badine pas avec l’Amour.
Du même coup d’aile, le regard monte jusque dans le mystère même de Dieu, de Dieu qui est Père, puisqu’il a un Fils unique. Il l’a donné, ce Fils. Déjà, le mystère se dévoile où le Père et le Fils sont engagés : le Père, par amour, a donné; le Fils, par amour, s’est donné - Mystère que Jean résume dans une phrase brève qui est un sommet de théologie, et qu’il répète aussitôt en légère variante, tant elle lui est précieuse : Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique. Ainsi tout homme qui croit obtiendra la vie éternelle
René Ludmann, site Port Saint Nicolas

_________________
Evelyne, paroisse de Floreffe (Belgique)
Faites tout ce qu'il vous dira
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cateflo.actifforum.com
Evelyne
Admin


Nombre de messages : 364
Age : 60
Localisation : Floreffe (près de Namur) Belgique
Date d'inscription : 10/01/2007

MessageSujet: Re: Quatrième dimanche de carême   Ven 20 Mar - 22:06

Une animation intéressante avec les plus jeunes, a partir de l'évangile :
http://www.liturgie-enfants.com/recueil/B.4%E8me%20Dimanche%20de%20Car%EAme.htm

_________________
Evelyne, paroisse de Floreffe (Belgique)
Faites tout ce qu'il vous dira
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cateflo.actifforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quatrième dimanche de carême   Aujourd'hui à 17:59

Revenir en haut Aller en bas
 
Quatrième dimanche de carême
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le carême avant-Noël
» le carême
» Pour mieux vivre le caréme
» Internet Chrétien (Carême)
» Méditations quotidiennes pour le Carême

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EMMAÜS :: SUR LE CHEMIN ... :: Lectures dominicales :: Temporal et Temps ordinaire B-
Sauter vers: